Dev (review)


Bande originale

Rang Deeni
Jab Nahin Aaye The
Allahu
Tujh Sang Bandhi
Manglam Ganesham
Dev Speaks

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Suraj 974 - le 16 juin 2005

Note :
(7.5/10)

Article lu 1783 fois

Govind Nihalani est un des plus grands réalisateurs indiens, mais reste relativement inconnu du grand public puisqu’il œuvre dans le « cinéma d’Art », c’est à dire le cinéma d’Art & Essai, et ce depuis les années 70. Un de ses films les plus connus, cité en exemple par des professionnels aussi respectés que Ram Gopal Varma, est Ardh Satya. Dev en est la suite forcément très attendue, avec dans le rôle-titre Amitabh Bachchan.
Dev s’inspire des émeutes religieuses survenues au Gujarat il y a quelques années pour aborder la question ultra-sensible de la minorité musulmane en Inde et des incessantes provocations dont elle fait l’objet, venant de l’Etat lui même. Il traite de la politisation de la police, et de ce qu’elle est amenée à faire quand elle devient le bras armé des idéologies les plus extrêmes, au lieu d’en protéger les individus. Au milieu de tout cela quelques hommes : Dev (Amitabh Bachchan), un policier intransigeant et exemplaire qui tente de faire respecter la loi, son ami et collègue Tej (Om Puri) aux idées diamétralement opposées puisqu’il pense que tous les musulmans sans exception sont des terroristes, et enfin Farhan (Fardeen Khan), jeune musulman, et celle qu’il aime, Aaliya ( Kareena Kapoor).
Le film est porté par les prestations d’Amitabh Bachchan et Om Puri, qui sont tous deux impressionnants en amis que les opinions séparent, plongés dans un climat de tension religieuse et politique délicat qui les amènera à l’affrontement. Même Fardeen Khan, en jeune exalté partagé entre les idéaux gandhiens hérités de son père et la révolte terroriste que lui inspire la façon dont sont traités les siens, est très bon. Je ne pensais pas pouvoir un jour dire cela de lui, ainsi que de Kareena Kapoor, mais ils sont tous deux étonnants de justesse et de sobriété dans des rôles très délicats.
Le propos est courageux, remarquablement traité et interprété, mais aussi très exigeant. Sur des thèmes aussi complexes il est difficile d’être synthétique, le film pèche forcément par sa longueur car il s’efforce de les traiter le plus justement possible, ce à quoi il parvient… mais il est difficile de rester accroché trois heures durant à une critique socialo-politique, aussi bonne soit elle.
Il n’en demeure pas moins que Dev est un film à voir, ne serait-ce que pour découvrir le cinéma de Govind Nihalani qui n’est pas très accessible autrement, faute de distributeurs pour ces films plus exigeants que ceux auxquels le public indien populaire semble habitué.

Commentaires
3 commentaires