The Great Gambler

Traduction : Le grand joueur

Année1979
LangueHindi
GenresPolar, Mélodrame / Romance
RéalisateurShakti Samanta
Dir. PhotoAlok Dasgupta
ScénaristeRanjan Bose
ActeursAmitabh Bachchan, Zeenat Aman, Neetu Singh, Prem Chopra, Madan Puri
Dir. MusicalR. D. Burman
ParolierAnand Bakshi
ChanteursAsha Bhosle, Mohammad Rafi, Sharad Kumar, Kishore Kumar
ChorégraphesP.L. Raj, Surya Kumar
ProducteurC.V.K. Sastry
Durée162 mn

Bande originale

Tum Kitne Din Baad Mile
O Diwaano Dil Sambhalo
Rakkasa Mera Naam
Do Lafzon Ki Hai Dil Ki Kahaani
Pehle Pehle Pyaar Ki Mulaqaatein

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Bhang - le 16 novembre 2003

Note :
(6/10)

Article lu 1336 fois

Galerie

Certains films dits de série B ont un cachet que même les plus grosses productions ne peuvent égaler. The Great Gambler est clairement de ceux-là. Dès les premières minutes, le ton est donné. Amateurs d’épopées lacrymales, passez votre chemin.

Dans cette production très "seventies", Amitabh Bachchan (simultanément Jai et Vijay) se trouve propulsé au cœur d’une intrigue d’espionnage international, dont va dépendre la sécurité militaire indienne. Mis à part cette référence, le film ne s’empêtre pas dans une quelconque problématique nationaliste, puisque l’ennemi désigné est la mafia. Contrairement à son modèle hollywoodien 007, le film de Shakti Samanta nous épargne donc toute propagande (comme une version indienne de l’anticommunisme primaire) pour se concentrer sur l’essentiel des poncifs du film d’espionnage.

Un secret d’état (une arme redoutable !), des femmes faciles mais dangereuses (la magnifique Zeenat Aman), un super vilain qui tire les ficelles, accompagné de ses sbires (Madan Puri alias Ratandas, parrain régnant depuis son casino), et le héros (Big B) qui essuie une cascade de coups foireux, si possible avec le sourire. Voilà pour l’essentiel du scénario qui, sans être exceptionnel, nous réserve quelques rebondissements fracassants et une belle histoire d’amour digne de Bollywood. Autant dire toute la saveur d’un vieux James Bond, mais relevé à la sauce masala.

Une double performance impeccable pour Amitabh, tour à tour joueur, escroc ou inspecteur pugnace et incorruptible. Une ficelle routinière dans le cinéma indien, plutôt bien intégrée dans ce film. Le sourire de Neetu Singh (Mala) est largement éclipsé par la performance de Zeenat Aman au sommet de son art et au top de ses formes. Une mention spéciale pour Prem Chopra dont le jeu et le style vestimentaire font beaucoup pour le charme désuet de ce film et offrent quelques bonnes occasions de se marrer

Côté musique, les cinq compositions de R.D Burman sont inspirées, particulièrement Rakkaasa Mera Naam et Do Lafzo Ki Hai. Des chansons que vous garderez en mémoire, sauf peut-être une version assez curieuse de No woman, No Cry

Toutefois, l’attrait majeur de ce film ce sont les décors naturels, des sites plutôt décalés pour Bollywood, comme les grandes pyramides d’Égypte, Amsterdam, Venise… Donc, si vous cherchez une célébration de l’Inde, de ses paysages et de ses coutumes, ce film n’est pas le bon. L’exotisme de cette production semble plus destiné au public indien, mais je gage que voir Amitabh et Zeenat entre Venise, Rome, Lisbonne, Le Caire, Paris et Amsterdam ne vous laissera pas de marbre.

Il faut bien dire que l’esthétique assez poussive, tant pour ce qui est des costumes que des intérieurs, peut inciter certains à prendre ce film au second degré (on ne saurait le leur reprocher) et peut même en repousser plus d’un. Mais cet aspect ringard donne définitivement du relief et un charme réel au film.

Vous l’aurez compris, avec The Great Gambler, c’est tout ou rien. On adore ou on déteste.

Commentaires
1 commentaire