[TEL] Chukkallo Chandrudu   fantastikindia
FANTASTIKINDIA NEWS BOLLYWOOD KOLLYWOOD BIOGRAPHIES MUSIQUE DOSSIERS TESTS DVD LES TOPS   FORUM
Menu Fanta
Derniers dossiers
Un article au hasard
Live Alerts : recevez les news de Fantastikindia en live dans MSN Messenger ! Widget Fantastikindia pour Google
Widget Fantastikindia pour Netvibes Abonnez-vous au flux RSS des news de Fantastikindia
Articles et reviews » Kollywood - Tollywood - Mollywood
Bommarillu

Note :   (8.5/10)

Publié jeudi 29 novembre 2007, par Jawadsoprano, Suraj 974
Dernière modification vendredi 25 juillet 2014
Article lu 2938 fois
7 commentaires

Bommarillu est le film-surprise de l’année 2006. Dans une industrie telugu plus que jamais dominée par les films d’actions massala (Pokiri), cette comédie romantique est parvenue à tirer son épingle du jeu, elle a battu de nombreux records, y compris à l’étranger où c’est devenu le film Telugu le plus rentable de tous les temps.
Au-delà du phénomène commercial, bien aidé par une programmation audacieuse à contre-courant des tendances, le succès du film s’appuie sur des qualités artistiques réelles.

JPEG - 13.8 ko
Le début d’une belle histoire

Siddhu (Siddharth) a un père (Prakash Raj) qui décide de tout pour lui : de ses études jusqu’à la chemise qu’il doit porter et même comment il doit boire son café ! Son père autoritaire lui donne toujours plus, mieux… trop ! Siddhu rêve d’évasion, en se jurant que dans sa vie il aura la maîtrise d’au moins deux choses : son mariage et son futur travail. Mais justement son père le fiance avec la femme qui sera parfaite pour lui. De son côté Hasini est tout l’opposé : une jeune fille libre, vraie et pleine de vie. Peu à peu les contraires vont s’attirer.
Comme beaucoup de films réussis Bommarillu parvient à innover dans le cadre des formats imposés du cinéma indien commercial. Pas de révolution, juste l’essentiel : une histoire bien écrite. Malgré le sujet maintes fois rebattu et le schéma narratif éculé (il est riche, elle est pauvre, malgré l’opposition des parents leur amour sera-t-il possible ?) le scénariste et réalisateur Baskhar donne un sérieux coup de jeune au genre, en évitant les clichés et en brossant des personnages novateurs et attachants.
Dès le début, on rentre dans le vif du sujet avec une présentation énergique du héros et de son problème n°1 : …son père. Les scènes s’enchaînent rapidement, les dialogues sont acérés et vont droit au but. Il n’y a pas de détours dans l’histoire, Baskar va à l’essentiel et gagne en efficacité.

JPEG - 17.2 ko
Le charme des transports en commun

Le schéma traditionnel est respecté, mais les situations sont nouvelles, les personnages éloignés des clichés habituels, et certaines scènes brillamment mises en scène (celle de l’intermission notamment). Le scénariste a bien développé les trois personnages principaux, avec des nuances de traits assez fines. Cependant il a complètement oublié certains personnages secondaires, réduits à des caricatures. On aurait aimé un peu plus d’épaisseur et de présence pour des personnages tels que la mère et les sœurs de Siddhu.
La romance entre Hasini et Siddhu est vraiment jolie, avec un antagonisme entre la liberté de l’une et la frustration de l’autre. La partie dramatique est axée sur la maison de Siddhu où la surprotection de son père rend chaque membre de sa famille captif de cette emprise. C’est Siddhu qui va le plus en souffrir et ces frustrations coutumières vont le ronger, ce qui occasionne des scènes intéressantes au niveau de la psychologie des personnages, et plutôt intelligemment traités contrairement à la plupart des drames familiaux qui sont orchestrés avec des grosses ficelles.
Les tirades entre Siddhu et son père à la fin du film sont touchantes et pleines de justesse. C’est à ce moment culminant d’émotions que le film prend toute son ampleur et permet au spectateur de comprendre le point de vue de chacun des deux personnages.

JPEG - 21 ko
Des révélations qui boulversent

Le climax est réussi car loin des schémas traditionnels, même s’il est prévisible, il n’arrive pas vraiment comme on s’y attendrait. Un bémol pourrait être mis sur la fin un peu abrupte, trop ouverte pour un film de ce type, mais elle permet de donner de la légèreté, et correspond finalement bien au rythme général du film.
Le film doit beaucoup aux deux acteurs principaux, Siddharth et Genelia, qui partagent une vraie complicité crédibilisant tout le film. Siddharth excelle en jeune homme à qui on a tout donné sauf l’essentiel, la joie de vivre. De même pour Prakash Raj, comme toujours convainquant en père surprotecteur. Mais c’est surtout Genelia, attachante et incontrôlable, qui est la révélation. En général les rôles féminins n’ont aucun caractère et servent de faire valoir au Héros du film. Mais ici c’est véritablement le personnage de Hasini qui capte l’attention de tous, interprétée par une Genelia plus vraie que nature dont la spontanéité est un vrai régal. Une actrice avec autant de charme et de qualités artistiques est forcément à suivre de très près, tout comme le jeune réalisateur qui signe un bijou pour son premier film.

JPEG - 21.5 ko
La danse de profil

La photographie du film est nette et les couleurs du film ressortent très bien. Le sommet est ‘Bommani Geeste’ tourné dans la campagne allemande au bord d’un lac, avec des couleurs magnifiques, des plans inspirés et proches des acteurs pour plus de réalisme.
La musique est sympathique. Elle ne transcende pas le film, mais se place à son niveau et s’intègre bien dans son esprit à la fois romantique et urbain. La chanson « Appudo Ippudo » est la plus représentative du film et le fait qu’elle soit reprise en thème sonore pour symboliser la romance entre Siddhu et Hasini la rend incontournable.

JPEG - 17.5 ko
Et le miracle s’est produit !

Le cinéma indien actuel est globalement partagé entre une tendance à explorer le côté obscur de l’être humain en faisant des films ‘réalistes’ de plus en plus courts et avec de moins en moins de chansons (au Nord), et les éternels massalas d’action formatés (au Sud). Dans ce paysage contrasté Bommarillu est une véritable bouffée d’air frais. On y retrouve le romantisme et la simplicité des films indiens d’avant, avec leurs chansons, tout autant que la modernité urbaine de la jeunesse d’aujourd’hui.

JPEG - 9.2 ko
Des moments privilégiés

Bommarillu c’est une comédie romantique et familiale réussie, un film attachant, frais, sincère et énergique qui se distingue des par une sensibilité et une approche originales. Si vous voulez changer des histoires habituelles tout en conservant les schémas classiques (émotions, chansons, romance,..) alors ce film est absolument incontournable.
A voir pour tout les blasés de Bollywood car c’est sans doute l’une des meilleures comédies romantiques de ces dernières années, aux côtés des DDLJ, KKHH et autres.

Année : 2006
Pays : Inde (Telugu)
Réalisation : Bhaskar
Acteurs : Siddharth, Genelia, Prakash Raj, Srinivasa Kota Rao, Sunil
Scénario : Bhaskar
Musique : Devi Sri Prasad
Producteur : Dil Raju
Support : DVD Kad Imagilight Entertainment, sous-titres anglais



Films avec Siddharth

Films avec Genelia D’Souza

Films avec Prakash Raj

Autres comédie romantique

Bandes originales composées
par Devi Sri Prasad

Autres films sortis en 2006

Galerie de photos :

© 2007-2013 fantastikindia