[ATC] Midnight Children   fantastikindia
FANTASTIKINDIA NEWS BOLLYWOOD KOLLYWOOD BIOGRAPHIES MUSIQUE DOSSIERS TESTS DVD LES TOPS   FORUM
Menu Fanta
Derniers dossiers
Un article au hasard
Live Alerts : recevez les news de Fantastikindia en live dans MSN Messenger ! Widget Fantastikindia pour Google
Widget Fantastikindia pour Netvibes Abonnez-vous au flux RSS des news de Fantastikindia
Articles et reviews » Bollywood
Chori Chori Chupke Chupke

Note :   (4.5/10)

Publié jeudi 18 décembre 2008, par Ganesh, Laurent
Dernière modification mercredi 5 février 2014
Article lu 4957 fois
7 commentaires

L’avis de Laurent :

Réalisé par les prolifiques Abbas-Mustan, deux frères spécialistes des films à suspense (la même année, ils tourneront aussi le très sympathique Ajnabee), Chori Chori Chupke Chupke, que l’on peut désigner par l’acronyme CCCC, est atypique dans la carrière du duo. Loin des scènes de meurtres théâtrales et des multiples rebondissements tarabiscotés auxquels ils nous ont habitués depuis, les réalisateurs de Baazigar et Baadshah ont ici opté pour une romance bollywoodienne classique, l’une des rares de leur carrière, dont la seule originalité réside dans la variation apportée au schéma du traditionnel triangle amoureux, puisqu’ici c’est entre sa femme (Rani Mukherjee) et la mère porteuse de son enfant (Preity Zinta) que le cœur du héros romantique (Salman Khan) balance. C’est sans doute en raison de ce thème d’actualité que le film fut l’un des premiers à bénéficier d’une diffusion sur une fameuse chaîne franco-allemande.

A part ça, le film comporte les ingrédients habituels du masala, mélodrame familial, chansons et comédie, ce dernier genre étant l’occasion de scènes savoureuses avec la pétillante Preity Zinta. Le couple Salman/Rani fonctionne également bien, et ce trio de superstars romantiques parvient à faire oublier quelques longueurs. Mentionnons encore la présence d’Amrish Puri en vieux beau-père dur à cuire, un rôle dans lequel le plus grand méchant de l’histoire de Bollywood excellait dans ses dernières années.

Agréable et au charme légèrement rétro, CCCC ne compte pas parmi les meilleurs films d’Abbas-Mustan, mais reste cependant l’un de leurs plus célèbres, un solide divertissement auquel trois des plus grandes stars indiennes contemporaines apportent leur présence charismatique, ainsi qu’une certaine ampleur. Un masala d’amour assez typique du début des années 2000, comme on n’en fait plus beaucoup à Bollywood ces temps-ci…

La note de Laurent : 6,5/10

L’avis de Ganesh :

Scandaleux, honteux, sont les premiers adjectifs qui me sont venus à l’esprit à la fin du visionnage de ce film.
Sous prétexte de faire un film sur la stérilité et le recours à la mère porteuse, les frères Burmawalla nous livrent en fait un long métrage nauséabond au machisme développé.

C’est l’histoire d’un jeune couple riche, Raj et Priya (Salman Khan et Rani Mukherjee), qui file le parfait amour jusqu’au jour où la femme perd son bébé dans un accident domestique et devient stérile. Alors Priya conjure son mari super fidèle de coucher avec une autre et de lui faire un enfant (ça fait très réaliste hein ?). Le mari, qui est très intelligent, fait appel à une belle prostituée, Madhubala (Preity Zinta) (sic), apparemment le mot "SIDA" lui est étranger, mais bon, on est à Bollywood.

On peut se poser les questions suivantes : pourquoi le couple qui a les moyens financiers n’opte pas pour l’adoption ou encore l’insémination artificielle, voire le bébé éprouvette ? La réponse est donnée par Priya : Tradition et Honneur.

Alors que des millions de femmes en Inde luttent pour accéder à une certaine forme de liberté, ce film nous montre au contraire une femme prête à sacrifier son honneur et tout ce qu’elle aime pour respecter la Sacro-Sainte Tradition Familiale. Inadmissible. Surtout que la famille est composée de gens charmants (à commencer par le grand-père). Alors que dire du mari bien-aimé, un homme qui soi-disant adore sa femme, n’hésite pourtant pas à se montrer en public avec une prostituée, faisant fi de l’honneur de sa femme. Sans oublier l’insistance de la famille à ce que le couple leur donne un fils…

Allez, en oubliant tous ces "petits" détails, on pourrait essayer de trouver un quelconque intérêt, néanmoins, les nombreuses incohérences scénaristiques, la mièvrerie du film et des chansons plus que moyennes ont tôt fait de m’assoupir. Seule l’interprétation convaincante de l’ensemble des acteurs sauve le film du naufrage. Bref, un film à oublier très vite.

La note de Ganesh : 2,5/10

Fiche technique :
Réalisateurs : Abbas et Mustan Alibhai Burmawalla - Année : 2001 - Interprètes : Salman Khan, Rani Mukherjee, Preity Zinta, Amrish Puri, Farida Jalal, Johnny Lever - Musique : Anu Malik - DVD Eros Widescreeen, son 5.1, sous-titres anglais - Durée : 160 minutes



Films avec Rani Mukherjee

Films avec Preity Zinta

Films avec Salman Khan

Films avec Amrish Puri

Films avec Johnny Lever

Films de Abbas-Mustan

Autres mélodrame

Bandes originales composées
par Anu Malik

Autres films sortis en 2001

Galerie de photos :

© 2007-2013 fantastikindia