Kites

Traduction : Cerfs-volants

Bande originale

Zindagi Do Pal Ki
Dil Kyon Yeh Mera
Tum Bhi Ho Wahi
Kites in the Sky
Fire
Fire (English Version)
Zindagi Do Pal Ki (Remix)
Dil Kyon Yeh Mera (Remix)
Tum Bhi Ho Wahi (Remix)

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 6 juillet 2010

Note :
(7/10)

Article lu 3500 fois

Galerie

Jay (Hrithik Roshan) vit à Las Vegas où il gagne sa vie comme professeur de salsa et arrondit ses fins de mois par des moyens plus ou moins légaux. Son but unique est de trouver le filon qui le fera devenir RICHE. Le jackpot s’appelle Gina (Kangna Ranaut), elle est folle amoureuse de son professeur de salsa et fille d’un caïd plein aux as, Bob (Kabir Bedi). Jay endosse donc le costume de parfait fiancé, s’intègre dans la famille, fait connaissance du frère de Gina, Tony (Nick Brown), et de sa fiancée Natasha (Barbara Mori), d’origine mexicaine.

Jay et Natasha se découvrent très vite beaucoup de points communs et notamment le même but, Natasha fait aussi un mariage d’argent. Ils tombent amoureux, bien malgré eux, et n’en sont encore qu’aux prémices… Lors d’une altercation, Jay menace Tony d’une arme et Natasha assomme son fiancé officiel. Ils n’ont alors d’autre choix que de s’enfuir, ensemble bien sûr. Très en colère, le papa prévient la police que ces deux indélicats lui ont volé une grosse somme d’argent. Jay et Natasha, qui en fait s’appelle Linda, ont bientôt à leurs trousses la bande de Tony et la police.

Nos Bonnie and Clyde version 2010 n’ont plus qu’à cavaler…

Kites s’adresse exclusivement aux amateurs de romances, qu’on se le dise ! Même si une bonne heure est dédiée à la fuite de nos deux héros avec des courses-poursuites qui s’enchaînent, des voitures qui s’entrechoquent, s’embrasent et s’envolent en chœur dans un climat de western-spaghetti, il s’agit d’une grande belle histoire d’amour, de celle qui dépasse les petitesses humaines… même celles de Jay et Linda, qui malgré des débuts peu glorieux se révéleront dignes des plus grandes tragédies antiques.

Le montage construit en flash-backs plante le décor : dès les toutes premières minutes du film, on y parle espagnol, l’atmosphère est tendue, le héros semble seul au monde et mal en point, que lui est-il arrivé…
Le montage est justement là pour mettre un peu de piment dans un scénario un peu trop prévisible, mais ce n’est finalement pas si important. Ce qui fait le charme de Kites, ce sont les yeux de Hrithik et le sourire de Barbara, leurs dialogues quand l’un parle hinglish et l’autre espagnol, ces décalages culturels qui ponctuent leur épopée, cette innocence qui les prend par surprise et les relie au-delà de leur histoire un peu pitoyable. Chacune des scènes qu’ils partagent est un condensé de séduction, qui si l’on y est sensible, suffit à passer deux heures agréables.
Certes, on aurait apprécié que les personnages soient plus travaillés, d’autant plus que la présentation de la vie de Jay "avant" laisse entrevoir un mélange de fumisterie et de dérision plutôt amusant qu’on aurait aimé voir développé, mais qui disparaît totalement dès que l’histoire se met en route, laissant la place à l’amoureux héroïque traditionnel.

Si l’on cherche un grand film, quelque chose d’inoubliable, une réflexion sur les immigrés de tous bords au pays de l’eldorado, il vaut mieux passer son chemin !
Si l’on cherche un côté un peu sulfureux, une alchimie entre le kathak et la salsa, ce n’est pas la peine non plus, Hrithik ne danse qu’une seule fois et c’est du… hip-hop (sacrilège !).
Si l’on cherche une histoire originale en se disant que la distance culturelle en est le creuset… eh bien non, pas pour cette fois, tant pis. En revanche, les langues sont bien gérées, entre le hindi, l’anglais et l’espagnol, les dialogues sont fluides, l’incompréhension du langage et la compréhension profonde sont toutes deux bien rendues même si tout cela reste très superficiel.

Il ne faut donc pas être trop exigeant, mais juste se laisser porter par de beaux acteurs, un divertissement pas très innovant mais honnête, joliment mis en images.
En dehors du scénario, le grand point faible est la musique de Rajesh Roshan, inexistante, c’est dommage d’être passé à côté d’une double inspiration indienne et mexicaine.
L’autre point critiquable est le marketing du film, qui a promis quelque chose d’exceptionnel, alors qu’il n’en est rien. Vraiment rien, à aucun niveau. La déception du public est à la hauteur des attentes…

A noter : une version du film entièrement en anglais est également sortie, Kites : The Remix, un film de 90 minutes monté par Brett Ratner, le réalisateur de la trilogie Rush Hour et de X-Men 3. Un réalisateur de films d’action pour une romance ??? A suivre.

Commentaires
10 commentaires