Mariage des Moussons (Le)

Titre original : Monsoon Wedding

Bande originale

Feels Like Rain
Oh Kanjara Ve (you rascal)
Baraat
Aaj Mausam Bada Beimann Hai
Your Good Name
Delhi.com
Fuse Box
Mehndi / Madhorama Pencha
Banished
Good Indian Girls
Fabric / Aaja Savariya
Allah Hoo [Mariage des Moussons (Le)]
Hold Me, I’m Falling
Love and Marigolds
Chunari Chunari
Aaja Nachle [Mariage des Moussons (Le)]

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Maya - le 16 septembre 2008

Note :
(8/10)

Article lu 1964 fois

Galerie

Rares sont les films qui contiennent autant de chaleur humaine que Le Mariage des Moussons, porté par un Naseeruddin Shah aussi truculent que généreux.

La trame du film est simple : Lalit (Naseeruddin Shah) marie sa fille au fils d’un ami NRI. Un mariage arrangé dans la plus pure tradition punjabie : ils ne se connaissent pas, toute la famille et les amis rappliquent de partout, la fête sera superbe, même si c’est un peu lourd financièrement.

Ne serait-ce que pour les épisodes de la préparation de la fête, le film vaut le déplacement. Mais les choses ne sont pas aussi simples qu’elles le paraissent. La fiancée a une liaison avec un homme marié, sa cousine semble révulsée par l’arrivée d’un ami de la famille, le petit frère ne s’intéresse qu’à des trucs de fille et ça inquiète beaucoup son père… Ce mariage est le catalyseur d’émotions et d’histoires, ancrées à la fois dans les traditions et dans l’Inde d’aujourd’hui, avec des jeunes qui naviguent à vue entre des repères intemporels et leurs histoires personnelles.

Mira Nair la réalisatrice aurait pu s’en tenir là, Le Mariage des Moussons aurait déjà tenu ses promesses. Mais elle nous fait un vrai cadeau avec une histoire parallèle : l’homme qui fait installer la décoration tombe amoureux d’Alice, l’employée de maison de la famille. C’est une des plus jolies histoires d’amour qu’il m’ait été donné de voir, toute simple, filmée avec beaucoup de tendresse et de poésie. Vijay Raaz passe de l’entrepreneur roublard à l’amoureux transi, il faut le voir manger ses fleurs à guirlande, la tête ailleurs… Cette histoire arrive en contrepoint de l’autre, tout en douceur quand l’autre est toute exubérance, tout en pureté quand l’autre doit se débrouiller avec ses zones marécageuses.

Le Mariage des Moussons n’est pas un film Bollywood, c’est un film indien aux standards internationaux : moins de deux heures, pas de clip même si la musique fait partie de la fête. Le jeu est acteurs est sobre, la mise en scène aussi (pas le moindre ventilateur dans les cheveux), tout en dégageant une joie de vivre communicative. Le seul bémol qu’on pourrait y trouver est peut-être le jeu de Vasundhara Das, la fiancée, qui d’ailleurs mène depuis une carrière plus réussie comme interprète de chansons de films. Dans Le Mariage des Moussons, elle joue de façon appliquée, l’émotion ne passe pas vraiment, au contraire de sa cousine Ria (Shefali Shetty), bien plus émouvante. Naseeruddin Shah est excellent en père de famille survolté, préoccupé, attentif, généreux.

Le Mariage des Moussons a reçu le Lion d’Or à Venise en 2001.
Lorsque j’ai vu ce film la première fois, au cinéma, j’en suis ressortie sur un petit nuage, sourire aux lèvres, avec l’envie furieuse d’y retourner tout de suite pour passer encore un peu de temps avec cette famille si chaleureuse.

Commentaires
4 commentaires