[TAM] Biriyani   fantastikindia
FANTASTIKINDIA NEWS BOLLYWOOD KOLLYWOOD BIOGRAPHIES MUSIQUE DOSSIERS TESTS DVD LES TOPS   FORUM
Menu Fanta
Derniers dossiers
Un article au hasard
Live Alerts : recevez les news de Fantastikindia en live dans MSN Messenger ! Widget Fantastikindia pour Google
Widget Fantastikindia pour Netvibes Abonnez-vous au flux RSS des news de Fantastikindia
Articles et reviews » Bollywood
Main Hoon Na (autre opinion)
I am here

Note :   (7.5/10)

Publié lundi 2 août 2004, par Athama
Dernière modification vendredi 7 mars 2014
Article lu 2873 fois
2 commentaires

Sans connaître le scénario de Main Hoon Naa, je me jette fébrilement dans le visionnage de ce film. Il faut dire que, le jour d’avant, j’avais regardé les chansons avec quelques membres de la rédaction. Rien de saisissant dans les passages chantés qui aurait pu déflorer le contenu du scénario. Et c’est peut être ça le Bollywood d’aujourd’hui, les chansons se détachent du film mis à part la B. O. Main Hoon Na qui va se rappeler à notre bon souvenir tout au long des 3 h 15…

Depuis K3G où Shah Rukh Khan a montré le meilleur de lui-même, il semble que notre Shah indien s’enlise dans des productions « take the money and run », en ce sens qu’il veut absolument faire de l’argent rapidement et uniquement avec son image d’« Indian Lover » (La piscine à entretenir… ?). D’où le pleurnichard Chalte Chalte et ensuite le larmoyant Kal Hoo Na Ho, déjà plus ambitieux en s’écartant du film typique indien par ses blagues souvent très occidentales et en bas de la ceinture. Main Hoon Na accentue véritablement ce changement.

JPEG - 9.5 ko
Un général qui a compris qu’il faut tendre la main pour obtenir la paix…


Farah Khan, chorégraphe de renom, s’essaie à son premier film. C’est ce qu’il faut relever tout d’abord, car c’est d’une importance cruciale. En effet, si on fait le parallèle avec le cinéma de Hongkong et les arts martiaux, beaucoup de chorégraphes (Woo Ping, Liu Chia Liang, Corey Yeun, Ching Siu Tung), très bons dans leur art, tentent un jour la réalisation avec le succès que l’on connaît. Leurs longs métrages portent une certaine empreinte inhérente à leur métier. En effet, ces maîtres du mouvement sont extraordinaires quand il s’agit de mettre en place des chorégraphies, mais s’essoufflent vite quand il s’agit de faire jouer les acteurs. Parfois, ils se perdent aussi dans des scénarii très pauvres. Farah Khan est-elle de ceux-là ?

JPEG - 9.6 ko
Le terrorisme est issu de la haine ?


Main Hoon Na démarre en trombe par l’attaque de terroristes contre une chaîne de télévision pendant un direct. Le général de l’armée indienne était justement en train de fustiger les terroristes et leur lâcheté à œuvrer dans le noir. Je décompte les secondes intérieurement pour les coordonner à l’arrivée des méchants, 5 - 4 - 3 - 2 - 1… Et toc ! Gagné ! Cette séquence téléphonée est tellement utilisée ailleurs qu’on peut douter que la suite des évènements nous surprenne. L’intervention du Shah en tant que contre-terroriste est tout aussi attendue. Un show ? Cela semble très ridicule de reculer son déploiement, personne n’est dupe. Je pense qu’une salle de cinéma bien remplie d’Indiens aurait applaudi à tout rompre à l’apparition du Shah ! Malgré cette lourdeur scénaristique, SRK nous fait une démonstration impressionnante de sa grande énergie et de ses superpouvoirs. On peut compter une dizaine de secondes entre le moment où il prend son envol en gunfight et le moment où il atterrit. Ah oui, c’est au ralenti, excusez-moi ;o). Il traverse néanmoins toute la salle en un seul bond. Mais ne boudons pas notre plaisir, l’action démarre et se noue. Je me réjouis d’ailleurs de voir SRK en action, Shakti m’avait laissé un bon souvenir. Le Shah se montre bon dans ces scènes, même si lui aussi se fait doubler. Ah, désolé pour les fans… ;o).

JPEG - 9.1 ko
Effet "Bullet Time"

Cette première scène s’avère très soignée et très inspirée des gunfights de John Woo. Toutefois, Farah Khan abuse des effets de ralenti. Tout le monde a droit à des ralentis ! Là où John Woo en utilisait un ou deux au maximum, notre réalisatrice indienne en met cinq ou six d’un coup ! Cette surabondance d’effets nous arrache inévitablement un sourire qui finit par un rire teinté de moquerie. À l’instar du combat martial, la transposition des scènes chinoises dans les scènes indiennes voit ces dernières se surcharger d’effets ! Ce n’est pas négatif toutefois. On est quand même au-dessus d’une scène classique de gunfight hollywoodien. Sans égaler le John Woo occidental, Farah Khan ne s’en tire pas mal quand même. Soulignons cette première approche qui donne à voir une maîtrise de la technique.

JPEG - 10.4 ko
On se croirait dans Commando de Mark Lester !

Les rares scènes d’action par la suite montrent que Farah Khan possède une grande culture du cinéma d’action. On peut retrouver pêle-mêle Mission Impossible 2 (le plus gros du pillage), Matrix, Robocop, True Lies, the One, Pedicab Driver (Samo Hung), etc. Main Hoon Na ressemble à un Kill Bill à la sauce Bollywood, bourré de références et de clins d’oeil, tout cela sans se prendre au sérieux, tout en traitant cependant d’un sujet dramatique (la paix avec le Pakistan).

Même si SRK semble très à l’aise dans l’action, certaines séquences affichent quelques maladresses. Farah Khan est obnubilée par la scène dans son ensemble et n’arrive pas à donner de la puissance à son acteur principal. Cela dit, il est possible que la réalisatrice ait souhaité par moments ridiculiser SRK pour rendre les scènes drôles et non haletantes de sérieux. Néanmoins, elle devrait faire un stage chez un chorégraphe chinois pour améliorer sa façon de filmer les échanges de coups ou pour mettre en scène le kung-fu des objets, comme les pousse-pousse, par exemple. Qui a vu Pedicab Driver sait comment les Chinois sont capables de filmer avec force une telle cascade.

JPEG - 10.7 ko
Grease !

Après son exploit du début, SRK est muté dans un « college » pour protéger la fille du général. Cette trame rappelle furieusement celle de Fight Back to School de l’hilarant Stephen Chow (le Jim Carrey asiatique !). Comme on peut s’y attendre quand on met un adulte dans un lycée, les scènes humoristiques sont de mise. On s’amuse à suivre les aventures trépidantes et hilarantes de SRK. Ce dernier, tout comme S. Chow, sans toutefois en égaler le talent comique, aura maille à partir avec les étudiants, les professeurs et évidemment une « professoresse » (Sushmita Sen). Pour une fois, le rôle du professeur horripilant ne se résume pas à un débit verbal, mais plutôt à un torrent de salive. Farah Khan va donc utiliser le comique de répétition jusqu’à son paroxysme en parodiant une des scènes de Matrix, la plus anthologique, et laisser à SRK le loisir d’imiter Keanu Reeves. Beaucoup de situations permettent au Shah d’exploiter son talent comique. Et, il faut avouer, il est drôle. On le savait déjà dans Kal Hoo Na Ho. Ce rôle de major Ram lui fournit encore plus de terrain. Trop, peut-être ?

JPEG - 13.3 ko
Sholay forever…

Les autres moments alternent entre drame familial (air connu) et jeux amoureux (air archiconnu). Ces deux composants essentiels à un Bollywood sont traités avec la conviction d’un écolier qui a bien appris sa leçon. Sans provoquer un émoi profond, ces scènes sont néanmoins efficaces, notamment celles avec Zayed Khan. Pourtant, ne vous attendez pas à pleurer, ce film n’est pas fait pour ça même s’il remplit son quota de drames. Du côté féminin, Sushmita Sen et Amrita Rao n’ont pas vraiment des rôles importants bien que le réalisateur soit une femme. Cela semble assez étonnant. D’habitude, on reconnaît tout de suite la touche féminine quand une femme écrit ou réalise. Ici, rien de tout ça. Nous avons droit à des empoignades bien viriles.

JPEG - 14.4 ko
My Pedicab Driver

Concernant la part de chants et de danses, Main Hoon Na remplit bien son office. Les chansons sont agréables, et on nous ressert les positions et gestuelles des films bollywoodiens classiques. Il n’y a rien à dire, réalisateur et acteurs s’acquittent de leur tâche avec brio. Beaucoup de déjà vus, mais on aime bien les revoir.

Vous l’avez compris, Main Hoon Na est un film d’hommes qui ponctionne les films classiques occidentaux (même Grease n’est pas épargné ;o)) et asiatiques. Je répondrai ici à la problématique soulevée en préambule. Farah Khan commet la même erreur que les autres chorégraphes. Les scènes de tension entre les personnages sont très mal maîtrisées. Les dialogues ou les bastons ne coulent pas de source. Évidemment, elle sait imiter et nous offre ce qu’elle aime bien (notamment ses clins d’œil à K3G et Kuch Kuch Hota Hai en permanence). Le plus gros de ses inspirations vient surtout du cinéma hollywoodien, ce qui a pour conséquence de déstabiliser un public acquis au Bollywood culturel typé indien. Main Hoon Na n’a pas le même problème de conscience que Kal Hoo Na Ho où on essaie de se raccrocher encore à cette idée de l’Inde. Le film de Farah Khan franchit ouvertement le gouffre même si, dans chaque scène, l’Inde nous est montrée.

JPEG - 15.5 ko
On a rarement vu le Shah à l’action ! Encore ! Encore !

On passe un bon moment même si on souhaite voir le générique de fin arriver. C’est un peu le problème des films indiens, toujours une heure de trop. Dans la globalité, ce premier film est tout de même une réussite. Et si les fans de Bollywood ne s’y retrouvent pas, je suis persuadé que les adeptes de cinéma asiatique peuvent quand même se régaler. En effet, le cinéma de H.K. est tellement moribond actuellement qu’on ne peut qu’applaudir Bollywood de vouloir faire quelque chose. Sans nous arracher le coeur, Main Hoon Na nous divertit. Et ces temps-ci, cela s’avère une aubaine. Je suis assez impatient de voir le prochain film de Farah Khan. Il faut suivre cette réalisatrice prometteuse.

Lire l’opinion de Maya sur Main Hoon Na.

FICHE TECHNIQUE :
Réalisateur : Farah Khan
Pays : Inde
Année : 2004
Interprètes : Shahrukh Khan, Sushmita Sen, Amrita Rao, Zayed Khan, Kiron Kher, Sunil Shetty
Scénariste : Farah Khan et Rajesh Saathi
Directeur de la photographie : V. Manikandan
Compositeur : Anu Malik
Parolier : Javed Akhtar
Chorégraphes : Farah Khan
Producteurs : Red Chillies Entertainments Private Ltd (Shahrukh et Gauri Khan)
Durée : 3h15
Support : DVD….



Films avec Shah Rukh Khan

Films avec Naseeruddin Shah

Films avec Sushmita Sen

Films avec Boman Irani

Films avec Suniel Shetty

Films de Farah Khan

Autres comédie dramatique

Bandes originales composées
par Anu Malik

Autres films sortis en 2004

Galerie de photos :

© 2007-2013 fantastikindia