Aag - Ram Gopal Varma Ki Aag

Traduction : Le Feu

Bande originale

Mehbooba Mehbooba [Aag - Ram Gopal Varma Ki Aag]
Holi Hai Holi
Cha Raha
Hai Aag Yeh
Dum
Jee Le

En savoir plus

Fiche IMDB
Page Wikipedia
La critique de Fantastikindia

Par Laurent - le 26 mai 2008

Note :
(4/10)

Article lu 2037 fois

Galerie

L’inspecteur Narsimha (Mohanlal) loue les services de deux petits voyous, Raj (Prashant Raj) et Heero (Ajay Devgan) pour se venger de l’homme qui a ruiné sa vie et terrorise la ville de Kaliganj, le cruel gangster Babban Singh (Amitabh Bachchan)…

Lorsque Ram Gopal Varma, le Steven Soderbergh indien pour son éclectisme et sa rapide cadence de travail, annonça qu’il souhaitait tourner une nouvelle version de Sholay, le film-culte de 1975, les attentes étaient énormes : car malgré l’intérêt limité de ses films avec Abhishek Bachchan (Naach, Sarkar), il reste l’un des cinéastes les plus originaux et personnels de Bombay, sur le fond comme sur la forme. Quelques mois seulement après le beau Nishabd, sorte de remake de Lolita de Kubrick avec un émouvant Amitabh Bachchan, on espérait que le maître allait complètement dépoussiérer l’original en livrant un film commercial moderne, tout comme l’avait fait le très bon remake de Don avec Shah Rukh Khan fin 2006.

Premier problème, à la suite d’un problème de droits, le réalisateur est obligé de changer le titre et de modifier les noms des personnages (le moins possible tout de même, les noms restent assez ressemblants, avec le même nombre de syllabes, peut-être qu’une re-synchronisation a été nécessaire). Du coup, dès le début du film, une question se pose : a-t-il vraiment voulu faire un remake fidèle à l’original, ou bien seulement un hommage plus libre jonché de clins d’œil ? Dans les deux cas, ce n’est de toute façon pas réussi : car si la transposition à l’époque actuelle et la confusion du scénario nous éloignent de Sholay, les noms ridicules des personnages, références très appuyées à l’original, et les versions remixées des chansons de la version de 1975 en bruit de fond nous le rappellent sans cesse, et cela de façon agaçante. Les quelques scènes célèbres reprises de l’original sont au moins relativement appréciables, puisque ce sont celles qui fonctionnent le mieux, et les seules où l’on identifie clairement les personnages.

Et pourtant, la faute de ce ratage ne revient pas aux acteurs qui, à quelques exceptions près (Rajpal Yadav dans un de ses pires seconds rôles comiques inutiles), sont convaincants, mention spéciale à Amitabh en méchant sadique, qui rafle haut la main les meilleures scènes du film. L’efficace Ajay Devgan surprend également dans un contre-emploi décontracté tout à fait inhabituel. Malheureusement, si l’on considère le casting dans son ensemble, la mayonnaise ne prend pas, il n’y a guère d’alchimie entre les comédiens, autant dans les relations d’amitié (on se souvient du lien très fort qui unissait Jai et Veeru dans l’original, immortalisé par la chanson Yeh Dosti) que d’amour. Le film se limite donc à un long alignement de séquences d’intérêt très divers, que l’on suit avec une incrédulité grandissante. Il y a assez de variété et de scènes d’action bâclées pour que l’on s’ennuie moins que dans le hiératique Sarkar, mais le très laborieux Ram Gopal Varma Ki Aag en est bien inférieur sur tous les autres points.

Le film est donc une piètre série B brouillonne aux forts relents de Sholay, autrement dit une énorme déception pour les admirateurs du réalisateur telugu. La seule raison pour laquelle on ne regrette pas d’avoir regardé plutôt le film original, c’est la prestation honnête du charismatique Amitabh Bachchan, qui a comme souvent le bon goût de sauver ses scènes. Mais l’escroquerie principale de Ram Gopal Varma, dont le public n’a pas été dupe, est l’utilisation de références à l’original alors que ce lointain remake en est indigne. En somme, ça ressemble à du Sholay, ça a un arrière-goût de Sholay, mais ça n’en est qu’une contrefaçon.

Commentaires
4 commentaires